Avec Sebasol on peut construire…

… une installation pour l’eau chaude (ECS)

C’est typiquement 6 m2 de capteurs et un chauffe-eau de 500 litres. Affecté au chauffage de l’eau chaude d’une maison mono-familiale, ce genre d’installation remplace typiquement  350* litres de mazout ou 350* m3 de gaz par année. Elle permet aussi l’arrêt de la chaudière sur 4 à 7 mois, augmentant du coup sa longévité et diminuant les charges.

* Ce chiffre est fonction des besoins de l’usager et de sa capacité à tirer le maximum de son installation.

 

… une installation  pour l’eau chaude et le chauffage (ECS&ch).

C’est typiquement 18 m2 de capteurs et un accumulateur de 2000 litres. Ce dernier permet de stocker beaucoup de chaleur en vue de produire l’ECS et de la distribuer

dans les radiateurs. Suivant les besoins et la capacité de l’usager à tirer le maximum de son installation, celle-ci produit annuellement en tout typiquement l’équivalent de 650* litres de mazout ou de 650* m3 de gaz. Dans des bâtiments bien isolés ou de faibles besoins, cala permet des couvertures de l’ordre de 80% des besoins et de couper la chaudière entre 5 et 10 mois par an !

La chaleur manquante pour couvrir l’ensemble des besoins de chauffage et alors fournie par une chaudière existante ou un poêle hydraulique à bûches branchés sur l’accu qui devient alors l’interface entre les producteurs de chaleur (capteurs et chaudière/poêle) et les consommateurs (eau chaude et radiateurs).

 

… une installation de chauffage complète

Schéma de base d’une installation ECS&ch connectée au chauffage, en brun la partie chauffage

On branche alors une chaudière existante ou un poêle hydraulique sur l’accumulateur. Ce branchement, ainsi que celui des radiateurs, se fait sur l’accumulateur déjà inclu dans l’installation ECS&ch. On obtient alors une installation de chauffage complète. Il convient de noter que ces branchements ne font pas partie de l’installation solaire thermique à proprement parler:  ils se font uniquement suite au cours avancé ou alors par un installateur; ils ne peuvent pas être faits via Sebasol sans avoir précédemment terminé une autoconstruction solaire thermique.