Centres régionaux
 

 Accueil  Que faisons-nous ?  Réalisations  L'équipe  Installateurs  Apprentis  Parrains  Revue de presse  Forum  Contactez-nous  Liens 
Information - Installations clef-en-main et do-it-yourself
Chantiers pédagogiques - Formation professionnelle - Dimensionnement

Ce forum à pour objectif de résoudre des questions qui n'ont pas été couvertes par les autres rubriques et les aides et infos déjà en ligne. Il ne s'agit pas d'une page de vulgarisation. Pour cela il y a Swissolar, le WWF, Greenpeace, la LSPN, l'ADER etc. De ce fait

1. Ce n'est pas une bourse d'échange ou un espace de commerce. De telles demandes seront retirées du forum.
2. Ce n'est pas non plus un bureau d'ingénieur gratuit découvert miraculeusement sur Internet. Nous ne répondons pas aux demandes personnelles. De telles demandes seront retirées du forum.
3. Nous vous prions de poser des questions à priori non couvertes par les rubriques et aides, souvent déjà en page d'acceuil, fournies au prix de nombreuses heures-hommes par le centre régional.
4. De même, veuillez parcourir le forum de manière à ne pas reposer des questions auxquelles il a déjà été répondu.
5. Pour ce faire, veuillez utiliser les OUTILS DE RECHERCHE du site et votre CERVEAU qui tous 2 sont à votre disposition.

D'avance merci. Service technique Sebasol Vaud.

Forum > Ajouter un nouveau message > Rechercher  

Date : 06.01.2019 21:20:56  De : Le Nain dans les Tuyaux

Rendement FEPnR chauffage solaire thermique
Bonjour

Excellente question. La réponse est ici http://www.sebasol.info/archives/2015/Dossier%20de%20Presse%20David%20Jaquier%2011.05.15.pdf de la page 5 à 7 mais je vous la complète

Le bois est une ressource renouvelable, mais à un rythme lent par rapport à notre activité. Si on veut être dans les limites de ce renouvellement, et en plus se garder des marges en terme de biodiversité, de nature sauvage pour garder un équilibre psychique, de la réserve pour les fluctuations météo annuelles, une autre pour permettre de collectivement encaisser les inégalités dans les possibilités d'habiter (car pas tout le monde peut aussi bien isoler, ni a les mêmes possibilités de mettre des capteurs etc.) etc. un certain quota de bois par personne sur un territoire donné, est à ne pas dépasser. Ce quota a été calculé à 0.25 stères de feuillu par personne et par an pour le logement en Suisse dans l'article en question. Avec une réserve de 50% pour les raisons ci-dessus. Quiconque dépasse ce quota prend sur la part des autres et donc les oblige à brûler du fossile pour compenser. A moins de vivre moins bien (ce qui va très bien comme solution. Aux riches).

Dans l'article, qui concerne un exemple concret, soit l'habitat d'un autoconstructeur http://www.sebasol.info/realisations.aspx?id=1078&r= , il apparait qu'avec le solaire thermique, on économise 80% du bois restant après que d'autres mesures aient été mise en oeuvre dans ce bâtiment (comme l'isolation, qui a aidé à atteindre le label Minergie-P). Cela permet d'amener cette famille de alors 4 personnes aux 0.25 stères par personne et par an du quota (à présent ils sont 6, donc entre 0.1 et 0.2, donc à présent sous le quota).

Mais cela veut dire que sans le solaire thermique, ils seraient dans la configuration à 4, à 1.25 stère par personne. Bien au-dessus du quota, malgré le fait que de vivre en Minergie-P. Le fait que le bois-bûche ait un FEPnR de 0.1 à l'unité de service (= le kWh de chaleur utile), ne va alors rien changer au bilan global si on oblige d'autres gens à produire d'avantage de ces unités de service avec un FEPnR de 1.3 par exemple (ce qui correspond au mix chauffage Suisse) pour compenser ce dont on les prive. Avoir une machine renouvelable est donc une condition nécessaire, mais pas suffisante. Il y a la disponibilité de la ressource. Il y a la justice sociale.

La famille de l'article est donc dans le quota grâce au solaire thermique. Parenthèse : ce couplage avec le bois permet aussi de ne pas augmenter la demande de pointe électrique d'hiver mais c'est un autre débat, néanmoins important à l'heure de l'électrification totale du monde et du contrôle social total qui va avec. Fin de la parenthèse.

On pourrait être dans le quota d'autres manières. Par exemple en baissant drastiquement les besoins via des méthodes low-tech comportementales (températures de consigne, compartimentage, réduction de la surface chauffée, habillement). A ce moment on pourrait peut-être le réduire en taille, par exemple pour n'assurer que l'eau chaude sanitaire, ce qui occasionnerait des économies de cuivre et de reesources, ainsi que la possibilité de répartir sur plus de gens la ressource (voir sur ce point l'intervention précédente "Résilience des systèmes"). Si les besoins sont vraiment réduits encore plus, alors on pourrait même le supprimer tout en étant sous le quota, oui le quota toujours on parle de quota, de bois. Mais il faudrait baisser les 1100L de mazout équivalent par an de besoins avant solaire thermique de cette famille de à présent 6 personnes à 300L (= 0.25 stères x 6), soit un facteur 4 de mieux que ce que permet déjà Minergie-P, qui est un label exigeant. Vous le pensez comme vous le voulez, mais sans biaiser : 0.25 stères par personne, c'est 170 kgs de foyard. Soit 170 bûches. Cent. Septante. Buches. Par personne. Et par an. C'est à cette condition que vous avez le droit de virer le solaire thermique pour ne brûler que du bois.

Vous voyez qu'il y a un problème. De dépendance au confort. Mais aussi de santé dans certains cas ; si bébé ou pépé est malade, qui sacrifie sur ses 170 kgs pour qu'il soit le mieux chauffé en attendant qu'il se remette ? Pour qu'il se remette ?

On est donc pas dans les conditions de confort auxquelles les gens - à tort ou à raison - estiment avoir droit en Occident. Notre avis est "à tort" mais qu'on ait tort ou raison, on est plus dans le mainstream. Et si on n'y est plus, même si on raison, on a beaucoup plus de résistances psychiques, de dissonance cognitive. de mauvaise foi dénégative etc. Et on en aura toujours plus à mesure que les gens seront accros au confort et donc estimeront, quitte à ce que leurs enfants en crèvent, le valoir bien. Car ce qui caractérise le mainstream par définition, c'est un raisonnement qui pose que ce qui est faux mais répété sans cesse est acceptable, voir nécessaire pour la cohésion sociale. Cela vient de la nature de notre espèce, dont la plupart des représentants préfèrent mourir mais pas seuls d'avoir tort, que de vivre seul d'avoir raison. Pensez à ces gens qui s'estiment écolo parce qu'ils mangent des légumes bio et font des voyages en avion. Où à tel ex-ministre hélicologiste soi-disant héroïque français dont le train de vie, agrémenté de X résidences et Y véhicules, nie exactement et depuis toujours tout le combat qu'il disait, et dit encore, mener. Ou à Mme de Quattro qui veut à la fois réduire les impacts et augmenter l'activité économique dans le canton, en contradiction avec le second principe de la thermodynamique dans un système fermé.

Donc nous avons pris en compte ce "mainstream" et montré que pour arriver à l'objectif dans ce cadre et dans le domaine du logement, il y avait une solution technique qui consistait à ajouter le solaire thermique au bois sous conditions d'une réduction suffisante des besoins. Celle-ci est sous-entendue par le Minergie-P. Et cela ne choque pas un esprit mainstream actuel car c'est une mesure technique, et non sociale ou politique ou comportementale. Il estime alors normal et évident que nous aurons tous - et par cela il faut entendre les 8+ milliards d'habitants de la planète - le temps et les moyens de nous loger en Minergie-P mode helvétique. Ce qui est évidemment faux. Mais c'est justement la pensée mainstream ici en Occident que de parler de solutions impossibles pour la majorité, et qui permettent ainsi de ne pas mettre en cause notre mode de vie. Par contre, cela n'enlève pas la nécessité de réduire les besoins.

En ne le soulevant pas d'entrée ce problème du Minergie-P à la sauce helvétique, ce qu'on fait c'est qu'on passe en contrebande le concept de la réduction des besoins. Car une fois qu'on a réussi à faire comprendre que cela devient possible parce que le Minergie-P permet de réduire les besoins, on peut commencer à discuter des autres manières possibles pour - à bien meilleur marché ! - obtenir la même chose. Mais si on ne présente pas une solution mainstream au premier abord, alors en face la plupart des interlocuteurs bloquent et on avance pas.

On met donc le pied dans la porte psychique en présentant des solutions mainstream, mais qui ont un certain prix, que peut-être d'ailleurs - nous en sommes convaincus - la civilisation humaine - celle des 8 milliards et non celle de notre zona - ne peut se payer. Ensuite, vient donc la vraie question. A savoir ce qu'on peut, financièrement, socialement et écologiquement payer, qui détermine la pertinence des solutions. Qui seront adaptées à la situation locale.

Et là on entre dans des choses plus compliquées. Ce que nous savons cependant à Sebasol, et qui reste et restera valable, c'est que la loi de l'acharnement thérapeutique s'applique en toute généralité, y comprise aux stratégies de frugalité. Cette loi s'énonce ainsi : les 80 premier % sont gagnables assez facilement et sans trop de frustrations voire même pas mal de délivrance, mais les 20 derniers % il ne faut jamais aller les chercher car les contraintes qu'ils génèrent deviennent contraproductifs sur des tas d''autres aspects de la vie, qui sont ainsi plus coûteux et de plus fort impact, et on repend ce qu'on espérait gagner.

Retenez ce raisonnement. Dans 10 ans, un prof d'uni ou un politologue se taillera une réputation de génie avec, après l'avoir lu ici.

Donc par exemple, vous réduisez vos besoins de 80%, par quelque moyen que ce soit qui coûte beaucoup (isolation) ou beaucoup moins (comportement) c'est bon, ensuite vous couvrez les 20% qui restent avec une machine. Là pour des raisons de quota précédemment prouvées, vous ne pouvez pas prendre le bois tout seul. Vous prenez donc le solaire thermique qui produit 300 de chaleur avec 1 d'électricité, est low-tech, réparable indéfiniment, pas fait en Chine, et vous faites 80% et vous allez pas chercher les 20 derniers %. A ce moment, pour les 20% restants des 20% restants, il vous faut une énergie qui soit à la fois renouvelable, de stock, low-tech, pas chère parce que vos besoins sont faibles et donc on peut pas vous faire cracher au bassinet du monopole, et de sécurité (car vous pouvez avoir une mauvaise année climatique et ne faire que 60% avec le solaire cette année là, ou bien l'installation peut avoir une panne etc.). Et là notre solution c'est le bois. Low-tech. Increvable. Hydro. Et de bon rendement,, mais sans se meuler le crâne au-delà des 80-90%, toujours la zone d'acharnement thérapeutique. Et etc.Vous apprenez tout cela, et plein d'autres choses, au Cours de la Reconquête http://www.sebasol.info/cours.asp

Et retenez-le aussi, car d'autres où les mêmes vont se gargariser avec pareil dans 10 ans... :-)

Serait-il possible de remplacer le solaire thermique par autre chose pour les 80% des 20% qui restent ? Oui, mais pas avec la même indépendance technique, sociale et politique. Et aussi pas avec les mêmes conséquences éthiques. Par exemple, vous pouvez prendre des panneaux photovoltaïques faits en Chine par des esclaves payés une balle dans la nuque s'ils s'agitent trop, dopés aux métaux rares via des ravages environnementaux, irréparables par vous, soumis à toutes sortes de normes qui sont autant de formes de rackets, et branchés à des systèmes ouverts à toutes sortes d'espioniciels. Et l'effet de tout cela sur la santé est en plus en plus plus critique, et inconnu, que de l'eau qui tourne bêtement en rond dans des tuyaux. Et à côté vous pouvez y mettre une pompe à chaleur que vous n'êtes pas plus capables de réparer, soumise à obsolescence rapide, et qui contient des gaz à effet de serre puissants qui ont intérêt à ne pas fuir durant toute la durée de vie et à l'élimination. Car sinon vous pouvez dire adieu au bilan CO2 un peu plus favorable que le mazout, à condition d'y mettre assez d'électrons PVs dedans. Ce qui risque d'être un peu difficile en hiver. Oui, vous pouvez faire cela mais c'est - et c'est un euphémisme de le dire d'où les guillemets - "bien moins bon". Et pas meilleur marché. Surtout à long terme, avec tous les entretiens que vous serez pas capable d'assurer.

Mais revenons au solaire thermique et au bois.

A prendre le contrepied du raisonnement, c'est donc pas le solaire thermique qu'il faudrait supprimer, mais le bois. Ceci parce que le renouvellement de la ressource solaire est journalier, et que son captage n'influe pas sur la source de la ressource (le soleil). C'est ce que Jenni fait dans ses locatifs 100% solaires. (voir www.jenni.ch). Sauf que pour ce faire il se met dans la zone d'acharnement thérapeutique du solaire thermique, avec des dimensionnements, des coûts non raisonnables par rapport au gain des 20 derniers %, sans résoudre la question de la sécurité (ce qui fait qu'une chaudière mobile est quand même prévue pour ces immeubles pour des raisons... de sécurité ! :-).

Donc on en revient à un appoint d'énergie renouvelable stock. Et donc au bois. Donc le problème n'est pas bois ou pas bois, mais TRES PEU de bois. Et le problème est aussi d'avoir des machines PERFORMANTES et TRES BON MARCHE pour brûler ce TRES PEU de bois. Car sinon la tentation de l'inconscient sera grande de se dire que pour si peu de bois, c'est bien trop cher, et il vaut mieux mettre un radiateur électrique tellement moins cher à l'investissement, et tant pis si en hiver il est sur le nucléaire Macron ou le charbon Merkel, et que ça augmente la demande de pointe électrique d'hiver que par exemple, le photovoltaïque ne peut pas éponger. Ce qui veut dire que les gens du charbon ou du nucléaire vous décernent une médaille (voire vous offriront un panneau photovoltaïque ou deux :-). Et enfin, il faut faire l'eau chaude sanitaire avec aussi, pas juste du chauffage, car sinon ce sera pas un radiateur électrique, mais un corps de chauffe électrique, aussi sur le réseau, et donc aussi le charbon Merkel ou le nucléaire Macron. Vous voyez le problème ? Sans réduction des besoins il est insoluble.

Enfin, il faut regarder le tableau global. La solutions solaire thermique+bois n'est pas toujours possible ou avisée. Par exemple parce qu'il n'y a pas assez de bois dans la région. Ou parce que la concentration de chauffages au bois serait telle que cela commencerait à poser des problèmes de pollution de l'air. Ou bien parce que cela vous force à emprunter trop pour isoler ou votre poêle ou votre solaire, alors l'argent créé ex-nihilo par les écritures financières produit du CO2 et peut-être d'avantage que tout ce que vous pourriez gagner avec ces meilleurs systèmes. Mais si vous empruntez pour remplacer votre chaudière à mazout, ce sera pire. De fait, et c'est la définition de l'empreinte écologique, qui se calcule en terme absolu et non pas en comparant deux systèmes entre eux, si l'une et l'autre solution dépasse cette empreinte ar personne, on meurt dans les deux cas, même si un peu moins vite dans le cas vertueux, ce qui nous fait une belle jambe. Donc, à ce moment, il devient plus important de pas emprunter que d'être vertueux avec l'emprunt.

C'est ce que semblent montrer d'autres recherches sur que nous menons sur notre éternelle surcharge. Qui donc semblent impliquer comme étape suivante de trouver moyen de faire sans emprunt (comme le fait tout l'univers d'ailleurs, qui fonctionne pas en spéculant sur l'avenir, autre manière de dire que lui, il fonctionne). Et si on trouve ce moyen, alors on retombe sur nos solutions vu que pour l'instant ce sont les seules qui gagnent vs les autres critères.

Si cette manière de voir vous semble apporter quelque chose, merci de la faire suivre à qui vous voulez. Nous sommes toujours contents à Sebasol d'avoir des débats intéressants. Ca nous motive pour avancer sans aucun soutien public ou privé dans ces questions difficiles que personne, à part quelques fous dans le mouvement de la Décroissance, ne veut aborder.

Autre article utile : http://www.sebasol.info/public/La%20souverainete%20pour%20le%20grand%20nombre%202.0%2014.04.2018%20pour%20web.pdf
Et ceci aussi http://www.sebasol.info/public/wenzel-2017-solar_system_Minergie%20fran%C3%A7ais.pdf
et encore ceci http://www.sebasol.info/public/Article%20Jaquier%20Energies%20Renouvelables%2012.2017.pdf

Salutations ensoleillées

Le Nain dans les Tuyaux


> Répondre à ce message     > Revenir à la page 12


Messages sur le même sujet de discussion
Rendement chauffage solaire thermique Posté par Anonyme le 06.01.2019 21:19:46
  Rendement FEPnR chauffage solaire thermique Posté par Le Nain dans les Tuyaux le 06.01.2019 21:20:56

Copyright © 2019 Sebasol. All rights reserved.