Centres régionaux
 

 Accueil  Que faisons-nous ?  Réalisations  L'équipe  Installateurs  Apprentis  Parrains  Revue de presse  Forum  Contactez-nous  Liens 
Bardet A (1680 Romont) 6m2 ECS sur bâtiment Minergie-P-Eco,construction à neuf



Un chantier de Rhyner Energie Sarl effectué par un team d'apprentis

Organisée dans plusieurs pays européen depuis 10 ans, les Journées du Soleil sont une excellente occasion de découvrir comment le soleil répond aux besoins énergétique d'aujourd'hui et de demain!

Nous vous invitons à découvrir notre villa passive labellisée Minergie-P-ECO avec installation solaire thermique SEBASOL, sise En Bouley 39 à Romont lors de deux journées portes ouvertes:

- samedi 5 mai 2012 de 10h à 17h
- dimanche 6 mai 2012 de 10h à 17h


Ces portes ouvertes sont une occasion rare de poser toutes vos questions concernant les économies d'énergie, les énergies renouvelables, les matériaux écologiques, le financement éthique, etc.

Le plan d'accès en annexe vous permettra de nous retrouver facilement. N'hésitez pas à transmettre cette invitation à toute personne intéressée. Nous nous réjouissons de votre visite.

Meilleures salutations

Nicole & Luc A. Bardet

PS: De nombreuses autres manifestations ont lieu en Suisse du 4 au 13 mai 2012: http://www.journeesdusoleil.ch


------------------------------------------------------------------------------------

A propos du bâtiment

Une construction compacte, des énergies renouvelables et des matériaux naturels apportent à ce bâtiment un confort inégalable. L'obtention du label Minergie-P-ECO en atteste.

L'eau chaude est produite à l'aide de 6m2 de panneaux solaires SEBASOL. Le chauffage est assuré par un poêle à bûches. Une institution pour personnes handicapées s'occupe de scier, refendre et livrer le bois de chauffage. Les frais de chauffage pour la période 2010-2011 se sont élevés à 140 CHF !!!

Renouvelable, le bois est le matériaux de construction principal, présent du sol à la toiture et jusque dans le jardin. La structure en bois lamellé-collé est isolée avec de la fibre de verre et recouverte d'un isolant en fibre de bois (isoroof 60mm) caché sous un revêtement en lames d'épicéa du pays. La toiture végétalisée est isolée avec de la cellulose (isofloc). Parquets et fenêtre en bois complètent le tableau. Dans le jardin, des carrelets en chêne FSC remplacent les traditionnelles bordures en béton et des variétés anciennes d'arbres fruitiers viennent d'être plantées.

Plus d'infos: http://lab-immo.ch/1023-Villas_ecologiques


Galerie

De loin, rien n'indique que ce bâtiment ait une installation solaire, que ce soit par devant
 5
Par derrière
 10
Ou de tout près
 15
C'est pourtant bien le cas. Une installation solaire en 2x2, compacité 95%, sur support.La compacité désigne le rapport entre la surface d'absorbeur net et l'emprise en toiture (place de toiture utilisée. Ici, le fait que les capteurs soient jointifs et posés en une seule surface sur le toit, donne cette compacité de 95%. Ce n'est pas anodin. Cela veut tout simplement dire que la place autour n'est pas perdue et pourrait par exemple servir au photovoltaïque. Une installation solaire utilisant par exemple 3 capteurs plan-vitrés boite non jointifs de 2m2 posés à la "queue-leu-leu-petit-poucet" classique de l'école commerciale du solaire, aurait probablement une compacité de l'ordre de 80%. La perte additionnelle d'espace de 10% serait due aux vides qu'on doit laisser entre les capteurs.
 50
Vue un peu plus par devant.

A présent un peu de théorie niveau lycée pour ceux qui veulent se donner la peine de réfléchir. Pour des capteurs sous-vide, de compacité de 70% au niveau des tubes pour les meilleurs (vous n'avez jamais remarqué qu'il y a du vide entre les tubes ? Qu'il y a même du vide entre les ailettes à l'intérieur des tubes et le verre des tubes ? Et bien c'est le moment de le remarquer), la compacité finale deviendrait quelque chose comme 80% x 70% = 56%. L'emprise sur sol des capteurs serait de l'ordre de 1/0.56 = 1.78 => +78% de surface de terrain que de surface d'absorbeur utile. Ou en d'autre mots, par rapport à une configuration jointive sebasolienne de l'ordre de 95% de compacité qui occuperait 1/0.95 = 1.05 => +5% de surface de terrain que de surface d'absorbeur utile, il faudrait que la configuration sous-vide arrive à produire 1.78/1.05 = 1.7 => + 70% au m2 d'absorbeur net que la configuration sebasolienne. Vous prenez alors Polysun et vous simulez, et vous voyez que ce n'est pas le cas. De ce fait, vous vous payez de la production excédentaire sur le dos de la surface disponible. C'est donc du gaspillage de ressource, la ressource étant la surface disponible. Et ce n'est donc PAS efficace.

Il y a en outre un autre avantage à être jointif : moins de perte et donc une meilleure production que dans les conditions du test des capteurs, ou un élément individuel a été testé. Les capteurs non jointifs perdent tous individuellement par leurs bords, au contraire d'une confituration jointive. 4 capteurs non jointifs sebasoliens auraient en effet un périmètre de perte de 4x5.6 = 22.4 ml (6ml parce que 2 bords à 2ml et 2 autres à 0.8ml). Tandis que la configuration jointive présente a un périmètre de perte de 2*2*2+2*2*0.8 = 11.2 m. Soit une diminution de 11.2/22.4 = 50% des longueurs latérales de perte. Pigé ? On devient malin avec Sebasol, n'est-ce pas ?
 55
Le petit joint noir qu'on voit dépasser n'est pas pour la galerie, mais pour empêcher le contact entre le cuivre (cathodique) et l'alu (anodique), ce qui boufferait l'aluminium par électrolyse. Si vous retenez cela, vous retenez quelque chose du métier de ferblantier que de plus en plus de ferblantiers ne savent plus. Ou ne veulent plus savoir.
 60
Ici une goutte tombante a été aménagée, qui empêchera le siphonage en cas de grosse accumulation de neige contre le capteur.
 65
Voici le support. Coût en matériel acheté neuf au prix luxe : environ 70.- par m2 d'absorbeur net, y compris lestage, contreventement, bases, piliers etc. Inutile de dire que pour un autoconstructeur un minimum dégourdi dans la récupération (qu'est-ce qu'il y a de plus fréquent dans ce pays que des dallettes de jardin et des plots, hein ?), on arrive à encore nettement moins que cela !
 70
Le fer rouillé qui part sur la droite est une erreur esthétique. Pour des questions d'écobilan en énergie grise (c'est un bâtiment Minergie P ECO), on a préféré choisir du fer plutôt que de l'aluminium. Au niveau fonctionnel et sécurité c'est tout aussi bon et l'écobilan est indéniablement meilleur. Mais au niveau aspect ca fait moche. Un peu de peinture de linium pourrait néanmoins rattraper le coup facile.
 75
Pour le reste, rien à dire : du bois, de l'acier promatisé, y compris les brides articulées.
 80
Idem. Nous avons eu la chance de ne pas tomber sur un architecte addicted au prestiqe, ce qui nous a permi de faire en bois, ce matériau qui "fait pas pro". Sinon il aurait fallu faire en inox, ce qui aurait non seulement explosé le coût, occasionné des sueurs froides au ferblantier, mais aussi flingué l'écobilan. En effet, la densité énergétique de l'acier inox, c'est pas de la tarte.
 85
Passage des lignes dans une courette technique avec col de cygne, installé après coup.
 90
Et on se retrouve en cave, avec un 500L émaillé. Appoint électrique.
 120
Sortie ECS chaud et vase d'expansion solaire.
 125
Soupape de sécurité entrée froide
 130
Groupe hydraulique solaire avec régulation au dessus. Le groupe est ici ouvert pour l'inspection. Sinon une coquille noire se met dessus.
 135
Mitigeur avec vannes d'isolation pour un entretien aisé. Cette pratique qui permet de gagner du temps est directement issu de l'autoconstruction. Pratiquement aucun installateur ne met ces vannes : ca prends du temps pour le même prix (le coût des vannes est négligeable dans l'offre) et le moment venu ca diminuerait le temps facturable pour un entretien :-)
 140
Idem devant le vase d'expansion. la vanne permet de changer le vase facile sans avoir à vider tout le circuit. Beaucoup d'autoconstructeur enlèvent le papillon de la vanne, ce qui fait qu'il est impossible de fermer la vanne par erreur. Idem pour le mitigeur de l'image précédente.
 145
Entrée solaire échangeur haut, avec purge automatique
 150
Entrée ECS froid, avec raccord diélectrique contre les courants vagabonds et robinet de vidange.
 155


Copyright © 2019 Sebasol. All rights reserved.