Centres régionaux
 

 Accueil  Que faisons-nous ?  Réalisations  L'équipe  Installateurs  Apprentis  Parrains  Revue de presse  Forum  Contactez-nous  Liens 
Castella L&C (1981 Vex) 15m2 ECS et appoint chauffage dans bâtiment Minergie, sur support contre façade, poêle granulés, construction à neuf



Une installation de Laurent Rielle, dans un bâtiment Minergie, dont le champ a été appuyé contre le décrochement de la toiture, illustration de ce qu'il est possible de faire. L'appoint est un poêle à granulés au salon. Et petit.

TEMOIGNAGE des habitants en janvier 2021 (les graphiques auquels il est fait référence sont dans la galerie qui suit, en fin)

Bonjour à tous, et très belle année !

Voici un an tout pile que nous avons emménagé dans notre maison à Vex, et nous avions envie de partager avec vous quelques chiffres, avec vous tous qui avez contribué à notre choix de miser sur la combinaison solaire-pellets :-)

En bons physiciens, nous avons consigné tous les sacs de pellets engloutis par le poêle, ainsi que la production solaire mensuelle. Nous avons comparé ces données aux prédictions données par Polysun (rapport d'ingénieur fourni par Laurent) ainsi que par le calculateur de l'office fédéral de l'énergie (pour un bâtiment fictif avec un besoin de chaleur annuel comparable), et nous sommes très heureux de constater que le solaire thermique et ses promesses, ce n'est pas du vent ;-)


Ainsi, nous avons brûlé en 2020 42 sacs de 15 kgs de pellets (630 kgs, soit 3150 kWh à 5 kWh/kg), soit une facture de chauffage de 187 CHF pour toute l'année. Le solaire, de son côté, a généré une production brute de 7835 kWh, dont nous avons effectivement consommé 6321 kWh, le reste étant de la surproduction renvoyée vers les étoiles durant les mois d'été, à défaut d'avoir une piscine à chauffer ;-) Le solaire nous a ainsi offert notre besoin en chaleur à hauteur de 67%, dépassant de justesse les 64% prédits par Polysun grâce notamment à des mois de janvier et novembre incroyables ! Mieux encore, nous avons été 100% autonomes du 10 mars au 10 octobre, dates de nos derniers et premiers feux cette année. Le besoin effectif de chaleur (solaire thermique utile + appoint pellets) s'établit à ~9'500 kWh pour l'ECS+chauffage, ce qui nous semble très proches des estimations des différents modèles. Les années se suivront et ne se ressembleront peut-être pas toutes exactement, mais arriver à pareille performance avec un mois de décembre -avouons-le, même en Valais- aussi pourri, c'est très encourageant pour la suite :-)

Nous vous remercions pour vos conseils avisés et vous souhaitons une année 2021 ensoleillée !

Cyril et Lysianne Castella





Fiche technique

Galerie

C'est bien, les capteurs à 60° non ? Juste devant, sous la neige, les panneaux photovoltaïques, qui produisent plus rien. Non c'est un gag : il n'y en a pas, comme vous pouvez le voir à l'image suivante. Par contre, c'est bel et bien le cas de tous les panneaux photovoltaïques sur les toits en faible pente environnants, souvent E/O pour aider à fondre la neige moins vite :-)
 1

 2

 5

 7

 10

 15

 20

 25

 30

 35

 40

 45

 50

 100

 105

 110

 115

 120

 125

 130

 135
Et le système de chauffage d'appoint. Avec 7.3 kW sur 8 dans l'eau et le reste dans la pièce qu'il chauffe, et un rendement supérieur à 90%, il tient la dragée haute à n'importe quel CAD (= chauffage à distance, système monopolistique centralisé). Sans le coût d'infrastructure d'hébergement, de stockage combustible et de constitution du réseau, les travaux d'entretien y afférant, les salaires de spécialises pour l'entretien et la surveillance perpétuelle, les prébendes pour politiques, les pertes pas dans la pièce cette de distribution, d'un CAD.

Bref small is pas seulement beautiful, mais plus efficace à peu près comme un mammifère de 5 kgs est plus efficace qu'un dinosaure de 50 tonnes.

Et dire qu'il y a encore des gens qui se branchent à un CAD...
 150
Ici la production solaire utile (= avec décharge nocturne déduite) 2020-2021, intitulée 'brute évacuée' sur le graphique. On remarque que celle-ci est inférieure aux simulations en été et supérieure en hiver. Ce qui est parfait vu que le champ solaire est conçu pour la couverture hivernale et d'entre-saison. La production inférieure d'été est donc due à une décharge nocturne supérieure à celle calculée par les simulations. Cela peut être du au fait que les consommations ECS sont inférieures à celles des normes SIA utilisées par les simulations (500 MJ/m2 an dans l'individuel) ou que la simulation n'arrive pas à prendre en compte les techniques de décharges différentielles qui utilisent l'échangeur du haut.
 500
Ici le taux de couverture des besoins 2020-2021 par l'énergie solaire thermique. On peut voir de menues différences avec les simulations, probablement dus aux écarts entre la météo - en particulier la radiation - réellee d'un mois donné et celle des simulations, qui se base sur un lissage Meteonorm des 10 dernières années.
 505


Copyright © 2022 Sebasol. All rights reserved.